Initiative pour la mobilité douce

L'initiative 144 pour la mobilité douce a connu, le 15 mai 2011, une victoire méritée: elle est passée avec 50,3% de oui, montrant bien à quel point chaque voix compte! L'initiative a par la suite mené à l'adoption par le Grand Conseil du plan directeur de la mobilité douce, le 25 janvier 2013. Avec ses associations partenaires, l'ATE-Genève veillera encore ces prochaines années à son application et à l'amélioration de la sécurité des piétons et des cyclistes.

L'initiative en bref

L'initiative 144 pour pour la mobilité douce demandait la réalisation et l'adoption d'un plan directeur cantonal consacré uniquement à la mobilité douce et spécifiait quatre grandes mesures :

  • L'aménagement d'itinéraires piétons non seulement attractifs mais aussi sécurisés et praticables par tous avec des îlots permettant des traversées en deux temps.
  • La mise en place d'itinéraires cyclables continus, directs et sécurisés dans l'objectif de réaliser un réseau cohérent.
  • La création de places de stationnement pour vélos, sécurisés et abrités mais aussi en nombre suffisant surtout aux interfaces de transports et aux abords des lieux d’activités.
  • La régulation des carrefours dans une optique d'encourager la mobilité douce.

L'initiative pour la mobilité douce avait ainsi pour objectif général de réaliser des aménagements permettant le principe du libre choix du mode de transport et de permettre aux déplacements individuels non-motorisés de redécoller à Genève.

2 ans après

Le 14 mai 2013, le comité de l'initiative 144 pour la mobilité douce a dressé un bilan de ces deux dernières années.

En ce qui concerne les cyclistes, beaucoup de planifications et d'études ont été réalisées mais le stade de la mise en oeuvre est rarement atteint. Ce bilan déplore également le blocage de nombreux financements pour les pistes cyclables qui empêche les objectifs de l'initiative d'être enfin remplis.

Pour les piétons, là encore, c'est un manque d'actions concrètes (notamment en ce qui concerne les zones 20 et 30) qui est souligné malgré une législation favorable. Le comité se réjouit toutefois de l''importance croissante de la part modale de la marche en ville.

Le comité d'initiative demande encore la prise en compte des piétons et des cyclistes comme des modes de transport à part entière (notamment dans la gestion des chantiers) mais aussi davantage d'ambition et de moyens financiers dédiés à la mobilité douce.

Source: Dossier de presse Initiative 144 "Pour la mobilité douce" - Deux ans après

Liens et documents