CEVA

Le CEVA est un projet de liaison entre les réseaux ferroviaires suisses et français de la gare de Cornavin à la gare d'Annemasse (Haute-Savoie). CEVA est ainsi l'acronyme de « Cornavin - Eaux-Vives - Annemasse ». Ce RER constituera la colonne vertébrale des transports publics régionaux.

L'ATE GE et les interfaces CEVA

L'ATE GE se soucie à la fois de l'efficacité des transports publics et des besoins des usagers. Grâce au travail du groupe de travail "transports publics" de la section, l'ATE GE a étudié la question des interfaces des futures stations du CEVA. Elle exprime tout particulièrement ses inquiétudes vis-à-vis de l'interface Lancy Pont-Rouge. Les observations de l'ATE GE ont notamment été reprises dans l'article que vous pouvez consulter ici 

Pour obtenir des informations plus détaillées sur les interfaces du projet CEVA, vous pouvez vous référer au rapport du groupe de travail "transports publics" de l'ATE GE.

L'ATE et le CEVA

L'ATE Genève s'est fortement mobilisée en 2009 lors d'une campagne active pour soutenir le projet de liaison ferroviaire Cornavin - Eaux-Vives - Annemasse. En effet, seul un moyen de transport de grande capacité, circulant de manière indépendante, offrant des temps de parcours attractifs et des grilles-horaires homogènes et fiables, permettra de maîtriser la croissance inévitable de la mobilité à Genève. La réponse est un axe ferroviaire fort et structurant, permettant enfin de mettre en place un véritable réseau express régional (RER). Le CEVA va permettre de créer cet axe fort qui constituera la colonne vertébrale autour de laquelle pourront alors s'articuler les autres modes de transport.

En 2016, nous avons accueilli en stage, une étudiante en Développement territorial de l'Université de Genève, dans le cadre de son travail de Master: "CEVA 2019 - Quelles influences le RER Léman Express aura-t-il sur le report modal ?". Consulter le mémoire.

Le CEVA en bref

Le CEVA est un projet de RER transfrontalier long de 13,7 kilomètres entre Genève et la France. Il permettra à Genève de réaliser un véritable réseau ferroviaire régional indispensable à une agglomération qui ne cesse de se développer. Il reliera les gares de Genève Cornavin à Annemasse en passant par Lancy Pont-Rouge, Carouge-Bachet, Champel-Hôpital, Genève-Eaux-Vives et Chêne-Bourg. Mais au total ce ne sont pas moins de 40 gares et stations qui seront comprises dans le réseau RER initial, dont 25 situées sur territoire suisse. A partir d'Annemasse, les lignes du réseau RER éclatent dans les trois directions d'Evian, de Cluses-St-Gervais et d'Annecy, avec la garantie de trains cadencés pendant 20 heures par jour, tous les jours.

Le projet a été plébiscité par 61,2 % des citoyens lors de la votation populaire en novembre 2009 et le premier coup de pioche a été donné en novembre 2011.

Depuis le mois de juin 2015 et suite à une consultation de la population, le CEVA a été renommé "Léman Express". 

Chronologie

1881 : signature de la convention franco-suisse pour la réalisation d'une liaison entre Genève et Annemasse.

1912 : signature de la convention entre la Confédération suisse, le canton de Genève et les CFF pour la réalisation d'une liaison Cornavin - Eaux-Vives - Annemasse.

1970-1990 : interruption du projet en raison du développement des modes de transports individuels.

À partir de 2001 : réactualisation de ce que l'on nomme désormais « CEVA ».

2002 : ouverture de la gare de Lancy-Pont-Rouge.

2005-2006 : aménagements à la gare de Cornavin avec la prolongation de la voie 1 et des quais.

2008 : octroi de l'autorisation de construire et classement de toutes les oppositions au projet.

2009 : Acceptation en votation populaire par le peuple genevois du financement additionnel pour le projet.

Travaux en cours à réaliser à l'horizon 2019 :

  • construction de la liaison souterraine La Praille - Eaux-Vives,
  • reconstruction de la liaison Eaux-Vives - Annemasse en tranchée couverte en remplacement de la ligne existante.

Financement

Le coût du projet – réactualisé en 2009 - se monte à 1,567 milliard de francs pour la partie en territoire suisse. Seuls 44% sont investis par l’Etat de Genève, tandis que le solde est à la charge de la Confédération. La part cantonale du financement a fait l'objet de 4 votes du Grand Conseil et d’un vote référendaire (29 novembre 2009) lors duquel la population a confirmé à plus de 61% qu’elle souhaitait voir cette infrastructure majeure se réaliser.

Le coût des 2,5 km de CEVA qui se trouvent en territoire français est de 244 millions d’euros, comprenant la construction de l’ouvrage et la restructuration des gares d’Annemasse et du Chablais. Le financement, qui est réuni, provient de différents acteurs, parmi lesquels l’Etat, la région Rhône-Alpes, le département de Haute-Savoie et les agglomérations d’Annemasse et du Chablais. Ce vaste soutien financier témoigne de l’intérêt que l’ensemble des intervenants français porte au projet.

Le CEVA et la mobilité douce

Le CEVA ouvre aussi la voie à différents projets pour la mobilité douce. Des aménagements vont ainsi être réalisés en lien avec les interfaces du RER et offrir des possibilités de promenades pour les cyclistes mais aussi les piétons ceci dans un objectif de promotion de la mobilité douce et de la multimodalité.

  • Un réseau d'itinéraires piétonniers et cyclables sera mis en place et permettra de relier les quartiers aux alentours du tracé du CEVA.
  • Des vélostations et des places de stationnement de courte durée pour les vélos seront installées à proximité des arrêts du CEVA. Un prêt de vélos sera aussi disponible.
  • Une voie verte sera aménagée au-dessus des voies couvertes du CEVA entre les Eaux-Vives et Annemasse. Il s'agit d'un parcours exclusivement dédié à la mobilité douce avec une piste cyclable et une voie piétonne. La voie verte sera conçue comme un espace public qui s'intégrera dans le réseau d'espaces verts du canton. Mais elle sera aussi une voie de déplacement alternative qui reliera efficacement les différents quartiers alentours en permettant notamment la traversée de la voie ferrée qui constitue une coupure actuellement difficilement franchissable entre le nord et le sud du périmètre en question. L'objectif est également de créer un couloir écologique qui vise à intégrer, avec une approche environnementale et paysagère, la voie verte aux différentes zones qu'elle parcourt. La voie verte fait ainsi partie des compensations du projet du CEVA. Son tracé sera par ailleurs intégré au projet plus large de voie verte d'agglomération qui s’étendra sur 22 km en traversant le canton de Genève au-delà des deux côtés de la frontière française.
    Plus d'informations sur la voie verte du CEVA.
  • La promenade des Crêtes sera également un parcours de mobilité douce dédiée aux piétons et aux cyclistes dans le cadre des projets CEVA et Praille-Acacias-Vernets. Elle créera une liaison continue entre les haltes CEVA de Carouge-Bachet et Lancy-Pont-Rouge reliant également le parc de Surville. Là encore, une réflexion sur les espaces publics sera menée pour offrir une nouvelle qualité de vie aux habitants.

Plan schématique projeté du réseau RER

Vidéo du tracé