La nature n’a pas le droit de vote. Il est important pour sa protection que les futur-e-s élu-e-s aient à cœur les enjeux environnementaux de notre canton. Les sections genevoises du WWF, de Pro Natura et de l’ATE ont donc invité les candidat-e-s aux élections genevoises à répondre à un sondage afin de connaître leurs positions sur les thèmes de l’énergie, de la protection de la nature, de l’agriculture, de la mobilité et de l’aménagement du territoire. Les 20 questions portent sur des sujets concrets d’actualité dans le Canton de Genève. Tous les résultats sur

www.ecorating.ch/geneve.

Participation au sondage

17 des 31 candidat-e-s au Conseil d’Etat (55%) ont répondu au questionnaire.  A l’exception M. Poggia, tous les candidat-e-s sortant-e-s ont participé. Pour le Grand Conseil, le bilan est plus mitigé avec une participation de 25.5% (152 réponses) et une représentation des partis politique moins comparable.

Parmi les candidat-e-s, les socialistes (61%), les Verts (45%), Genève en marche (43%), ont le mieux joué le jeu de la transparence face aux enjeux environnementaux. Nous déplorons par contre, le manque d’engagement d’une partie de la droite et en particulier le Parti Démocrate-Chrétien (13%), le Mouvement Citoyen Genevois (15%) ainsi que le Parti Libéral-Radical (18%).

Partis politiques les plus engagés en faveur de l’environnement

Les meilleurs résultats sont observés chez les candidat-e-s d’Ensemble à gauche avec une moyenne de 99 points sur 100, suivi des Verts avec 98 points et des Socialistes avec 96 points.

En fin de classement se trouvent les Libéraux-radicaux avec un score de 66 points en moyenne, Genève en Marche avec 76 points et ceux du Parti Bourgeois-démocratique avec 79 points. A noter que parmi les candidats des partis de droite, les scores varient très fortement.

Résultats concernant la mobilité

Plusieurs questions ont été posées directement sur la mobilité à Genève.

1. Pensez-vous qu’il faille diminuer le temps d’attente pour les piétons aux carrefours(priorisation des feux en faveur des piétons) ?

2. Pensez-vous mettre en oeuvre la « loi pour une mobilité cohérente et équilibrée », en accordant systématiquement la priorité aux transports publics et à la mobilité douce au centre-ville?

3. Soutiendrez-vous la construction des liaisons routières (L1-L2) qui traversent une zone naturelle et agricole au sud de Genève ?

4. Si vous êtes élu-e, soutiendrez-vous les crédits de financement nécessaires à la mise en oeuvre de l’initiative 144 votée par le peuple en 2011 (développement des pistes cyclables) ?

 

Malgré l’engagement de tous les partis en faveur de la transition énergétique, le clivage gauche/droite est plus prononcé sur les questions de mobilité, en particulier sur la construction de nouvelles routes au sud du canton (L1-L2). Les associations environnementales regrettent aussi qu’une majorité des candidats de droite s’opposent à une réduction de l’attente des piétons aux feux de circulation. En revanche, la majorité des sondés, de gauche comme de droite, s’engage à voter les crédits pour le développement des pistes cyclables et à prioriser la mobilité douce et les transports publics dans les centres urbains. Contre toute attente, elle s’oppose à l’augmentation massive du nombre de passagers à l’aéroport prévu par la Confédération. Toutefois, la plupart des candidat-e-s de droite refusent de soutenir l’initiative pour un pilotage démocratique de l’aéroport.