Plan directeur cantonal 2030

Après les observations de 2011 sur la Plan directeur, l'ATE s'est prononcée à début 2017 sur la première mise à jour du document, avec une réponse conjointe ATE-ProNatura-WWF-KARCH.

Télécharger la réponse à l'enquête publique 2017

Mobilités 2030

Le Conseil d'Etat a adopté le 15 mai 2013 la stratégie "Mobilités 2030". Cette version finale intègre les avis récoltés lors d'une large consultation organisée auprès de l'ensemble des autorités et des milieux intéressés. La section genevoise de l’ATE a participé à cette consultation et a effectué ses remarques fin 2012. Durant l’année 2013, la section a poursuivi le travail de suivi, de positionnement et de propositions relatif au contenu de ce document fondamental en matière de transports dans l’agglomération genevoise.

Mobilités 2030 en bref

Mobilités 2030 est un document réalisé par la Direction Générale de la Mobilité qui présente les grandes lignes stratégiques pour le futur de la mobilité à Genève. En effet, la mobilité est, et va devenir, de plus en plus un enjeu majeur pour l'agglomération du Grand Genève puisque l'on attend un fort dynamisme économique et un essor démographique important pour ces prochaines années. Ainsi, Mobilités 2030 élabore une stratégie à long terme avec une vision globale comprenant tous les modes de transports.

Ce rapport fait d'abord un état des lieux de la situation avec les spécificités du territoire genevois et notamment ses faiblesses: une agglomération très dense au centre, avec des espaces de circulation limités, et dispersée en périphérie et au-delà de la frontière, ce qui génère de nombreux déplacements.

Forte de ce constat, la stratégie Mobilités 2030 favorise une approche multimodale et porte à la fois sur la mobilité douce, les transports publics, le réseau routier et le stationnement. Ainsi, l'objectif est de favoriser la multimodalité avec l'utilisation du mode de déplacement le plus efficace selon le contexte (milieu urbain plus ou moins dense) mais aussi l'intermodalité c'est-à-dire l'enchainement de plusieurs types de transports dans un même déplacement pour relier les différents espaces de l'agglomération plus efficacement. A cette stratégie vont s'ajouter de nouvelles pratiques de mobilité comme par exemple le covoiturage, le travail à distance, la diversification des services dans les interfaces de transports, etc.

Enfin, trois étapes jalonnent la stratégie Mobilités 2030: la mise en service du CEVA fin 2019, un renforcement du réseau routier pour 2025 et la réalisation de la traversée du lac à l'horizon 2030.

Source: Document Mobilités 2030, Etat de Genève

Consultation et observations de l'ATE

Au cours de l'année 2012, le conseil d'Etat a mis en consultation une version provisoire de Mobilités 2030. La section genevoise de l'ATE ainsi que de nombreux autres partenaires et acteurs dans le domaine de la mobilité à Genève ont participé à cette consultation afin de faire part de leurs remarques et recommandations en vue de la version définitive du document.

  • En ce qui concerne les transports publics, l'ATE a demandé une meilleure gestion des feux de signalisation pour accorder la priorité aux véhicules des transports en commun et un maillage plus complet pour desservir l'agglomération avec des itinéraires plus directs. La mise en valeur des trolleybus a aussi été mentionnée pour des considérations environnementales.
  • Au sujet du transport individuel motorisé, la section genevoise de l'ATE propose de promouvoir le covoiturage et d'encourager les véhicules électriques mais se positionne contre une traversée autoroutière du lac qui n'a pas sa place dans une vision à l'horizon 2030.
  • Pour la mobilité douce, l'ATE-GE a demandé de plutôt garantir la qualité des aménagements (continuité, cohérence et sécurité des itinéraires piétons et cyclistes), plutôt que de miser sur la quantité mais aussi de promouvoir le vélo à assistance électrique.
  • Notre association a par ailleurs regretté le manque d'informations claires sur les investissements et a souligné une trop forte ambition du plan avec des grands projets impossibles à réaliser financièrement dans un temps aussi court.
  • Enfin, l'ATE-GE a souligné l'importance d'approfondir les questions de mise en oeuvre du document Mobilités 2030 afin qu'il ne reste pas juste une déclaration d'intentions. L'inscrire dans un règlement voire dans une base légale pourrait être une solution pour qu'il puisse jouer son rôle à l'avenir et peser sur la politique de la mobilité.