Qualité de l'air: une question de santé publique

« Plus encore que le tabagisme passif, la pollution de l’air n’est pas un choix de vie, mais implique une exposition environnementale involontaire et omniprésente, qui peut toucher 100 % de la population, quelle que soit la tranche d’âge concernée ». European Respiratory society

 

Cette thématique a fait l'objet d'un partenariat avec la Haute École de Santé qui a abouti en novembre 2015 à une action organisée avec 8 étudiants en dernière année de soins infirmiers.

L'action s'est concrétisée avec un stand sur la Plaine de Plainpalais pour sensibiliser la population aux impacts des polluants sur la santé et aux maladies respiratoires dues à la pollution. En ce sens, la mobilité douce est un moyen efficace pour diminuer les polluants, tout comme une activité physique régulière permet d'améliorer notre santé.

  

Près de 3'000 décès par an, plus de 20'000 cas de bronchites, 20'000 jours d’hospitalisation : la pollution atmosphérique a des conséquences importantes sur la santé publique en Suisse. Le coup humain est donc bien réel tout comme son coût environnemental et financier.


L’ozone ralentit la croissance des plantes, engendrant des pertes sèches pour les agriculteurs. Les conséquences sanitaires pèsent sur les coûts de la santé. L’Office fédéral de l’environnement a estimé que la pollution atmosphérique engendrait 4 milliards de francs de coûts pour l’économie suisse.


Souvent invisible sous forme de particules fines en suspension (PM10) ou d’ozone (O3) ou encore d’oxydes d’azote (Nox), les polluants atmosphériques ne peuvent pourtant pas être ignorés. Ces pollutions sont causées par l’activité humaine (les émissions « naturelles » sont négligeables), principalement par l’industrie, les chantiers, le transport aérien et le trafic motorisé (70% de la pollution pour les PM10 à Genève).
 
Il est donc de notre responsabilité à toutes et tous de réduire ces émissions. Des solutions à long terme existent, certaines d’entre elles ont été mises en place en Suisse et à Genève (efficience des moteurs, réduction
de la pollution industrielle, etc.). A court terme, les pics de pollution, particulièrement dangereux pour la santé, peuvent être également combattus.

A travers l'étude ci-dessous, l’ATE désire informer sur la pollution atmosphérique et offrir des pistes de réflexion pour apporter des solutions (centrées sur la mobilité) à cette problématique. Ce document prend le parti de se concentrer plus particulièrement sur les pics de pollution qui ont des conséquences directes sur la santé et que des mesures à court terme peuvent aider à contrecarrer.


Télécharger

Pics de pollution: un problème de santé publique - constats et perspectives

(30 pages, merci de limiter les impressions!)