Réseau des Transports Publics Genevois (TPG)

Le réseau des TPG subit régulièrement des modifications importantes qui ont des conséquences sur la mobilité des genevois. L'ATE-GE suit ce dossier de près et réagit en identifiant les problèmes majeurs et en faisant des propositions d'amélioration.

Les dossiers "transports publics" sont suivis de près, entre autres à travers notre groupe de travail et des rencontres régulières avec la Direction des TPG.

À titre d'exemple, en 2016, nous sommes intervenus par voie de courrier auprès de la Direction de l'Aéroport pour demander le maintien du billet Unireso gratuit pour les passagers arrivant à Genève, ainsi qu'auprès des CFF pour demander l'amélioration des navettes de bus en substitution aux trains régionaux entre Genève et Coppet.

1300 cartes postales pour dénoncer la baisse de l'offre TPG

Le 29 octobre 2015, l'ATE a fait le bilan de son action: en à peine 2 mois, plus de 1300 cartes postales ont été renvoyées à Luc Barthassat. L'association a aussi rappelé ses revendications devant les médias.

Lire le communiqué de presse (avec détail de la baisse de l'offre, en avril et décembre 2015)

Lire la réponse de M. Barthassat aux signataires des cartes postales

TPG : se mobiliser contre les baisses de prestations

A quelques années de la mise en service du CEVA, constituant le réseau RER Léman Express, et au vu de l’augmentation de la population et des déplacements à l’échelle de l’agglomération, l’ATE tire la sonnette d’alarme sur le danger que représente une baisse de l’offre en transports publics.

Les exigences suivantes

  • arrêt des mesures d’économie
  • rétablissement et développement de l’offre
  • augmentation de l’enveloppe budgétaire

Baisse de prestations: des antidouleurs à dose homéopathique?

En 2015, suite à l'entrée en vigueur des nouveaux tarifs des billets et abonnements, des annonces discrètes de réduction de l'offre se font entendre: en avril, c'est une légère diminution de la fréquence des lignes 3 et 10, ainsi qu'une réduction de la fréquence des lignes de tramway en soirée et durant les vacances scolaires. En décembre 2015, ça devrait être au tour de la fusion de lignes: la 4 et la D qui relient Plan-les-Ouates à Bel-Air via la route des Jeunes et la Jonction ; et le raccourcissement des lignes 42, 11, V et Z. Des diminutions présentées comme des "optimisations de parcours" par les TPG, mais pour l'ATE, il n'y a pas de petite réduction de l'offre et tout changement en ce sens ne peut être qu'au détriment des usagers.

Plus d'informations:

Réseau de transports publics à Genève - une refonte majeure en 2011

Le 12 décembre 2011, à l'occasion du traditionnel changement d'horaire annuel, le réseau des TPG a été modifié en profondeur, entraînant pour beaucoup d'usagers la nécessité de modifier leurs habitudes de mobilité par transports publics.

La mise en service du tram Cornavin - Onex - Bernex (TCOB) et le remplacement de 7 lignes de tram par un schéma simplifié de 3 lignes, sont à l'origine de la restructuration du réseau.

Dès que l'information sur le réseau de tram simplifié (qui a été décidé de manière plutôt technocratique et sans consultation préalable des associations d'usagers) a été diffusée, plus d'une année avant la mise en oeuvre, l'ATE s'est interrogée sur les conséquences du nouveau réseau pour les usagers, et a fait part de ses préoccupations aux instances concernées. Il est rapidement apparu que la mise en place du nouveau réseau était un fait acquis et indiscutable, dont il fallait s'accomoder.

Les TPG se sont efforcés d'aplanir les doutes exprimés, et en particulier de démontrer que les conditions de correspondance aux pôles principaux de Cornavin, Bel-Air et Plainpalais seraient facilitées par divers moyens tels que des aménagements de chaussées et de passages de sécurité ainsi que des mesures de signalétique. Néanmoins, certaines contraintes physiques, par exemple l'éloignement des points d'arrêts des diverses lignes, ou la non-visibilité mutuelle des arrêts à Cornavin et à Bel-Air, ne sont pas surmontables.

De surcroît, les nombreuses modifications des lignes de trolleybus et d'autobus urbaines, découlant de la mise en service du TCOB et du réseau de tram simplifié, entraîneront davantage de changements de véhicule pour de nombreux usagers. L'ATE estime que la proportion d'usagers qui devra changer de véhicule sera bien supérieure au 5% annoncé par les experts.

Dès la fin 2011, l'ATE a invité ses membres et usagers des transports publics en général, à s'exprimer pour signaler d'éventuels problèmes. Tout le monde sait maintenant ce que ce nouveau réseau a soulevé de mécontentement. Nous avons reçu des dizaines de lettres, e-mails, téléphones, auquel une réponse circonstanciée a été apportée.

Une délégation de l'ATE a ensuite rencontré la direction des TPG pour rapporter ces témoignages. N'ayant pas été satisfait des réponses sur certains points, nous avons poursuivi nos demandes, rencontré Madame Michèle Künzler, Conseillère d'Etat en charge du Département de l'intérieur, de la mobilité et de l'environnement, exprimé à de nombreuses reprises notre avis dans les médias.

Le point crucial: le réseau de tramway

Deux ans après la refonte et un certain nombre d'améliorations, le débat reste vif au sujet du réseau de tramways.

Passé de 5 lignes à 3 lignes (4 depuis 2012) indépendantes les unes des autres, le nouveau réseau se voulait plus efficace, les lignes ne se gênant pas les unes les autres. Ce concept de "lignes de métro" s'est tout de suite heurté à plusieurs constats:

- les trams n'ayant pas de priorité aux carrefours, des rames attendent parfois plusieurs minutes à une intersection, ce qui, avec les fréquences élevées des lignes, crée des "embouteillages" de trams et des retards désorganisant complétement la grille horaire.

- les "pôles d'échange" ou "pôles de transbordement" ne permettent pas le passage sécurisé et rapide d'une ligne à l'autre: en effet, que ce soit Plainpalais, Bel-Air, Rive ou Cornavin, il y a presque toujours une route à traverser, parfois à fort trafic. Sur ce point, il n'y a pas la moindre comparaison possible avec un réseau de métro!

Propositions concrètes pour un réseau de tram à 5 lignes

Au mois de mai 2013, L'ATE-GE a transmis aux Transports Publics Genevois une proposition concrète pour un futur réseau de tram à 5 lignes. Le réseau possède actuellement 4 lignes, dont 2 (14 et 18) ont un long tracé commun. L’ATE est convaincue que le réseau de voies de tram devrait être mieux utilisé. La proposition a pour but de rétablir des liaisons de tram directes entre Carouge/Plainpalais et Cornavin, d'une part, et entre les Trois-Chêne/Rive et Cornavin, d'autre part. L’objectif est de faciliter la communication entre les deux rives et d’éviter les transbordements.

2 nouvelles lignes

Pour le rétablissement d’une ligne directe entre Cornavin et Carouge, nous proposons de prolonger la ligne 18 vers Carouge : à partir de Bel-Air, elle pourrait rejoindre le parcours du 12 (via la Corraterie) pour terminer au Rondeau de Carouge.

En ce qui concerne la liaison directe entre les Trois-Chêne et Cornavin, 2 solutions pourraient être envisagées. La réintroduction de l’ancienne liaison directe, avec deux options de parcours : la première est le rétablissement du "tourner à gauche" depuis l'arrêt Stand sur le Boulevard Georges Favon en direction de la rue du Stand. La seconde option est d’utiliser les rails venant de Cornavin par le même tracé que le 14 jusqu’aux ponts de l’Ile, puis d’emprunter le quai de la Poste et bifurquer à gauche pour rejoindre la rue du Stand par la place de la Poste, ce qui impliquerait la construction d’un court tronçon de voie unique. Dans les deux options, le tram pourrait desservir la Rive gauche au moins jusqu’à Chêne-Bourg.

Des pôles de transbordement améliorés

Quelle que soit l'évolution du réseau ces prochaines années, les pôles d'échange que représentent Cornavin, Bel-Air, Plainpalais et Rive ne sont actuellement pas satisfaisants pour le transbordement des passagers. Des aménagements sont indispensables à court terme.

L'ATE a pris connaissance avec intérêt des propositions d'amélioration des pôles d'échange faites le 7 mai 2013 par les Verts genevois en vue de faciliter le transbordement des passagers. Les solutions proposées pour Cornavin et Bel-Air vont dans le bon sens et pourraient être réalisées rapidement. Concernant Plainpalais, l’ATE suggère l’étude d’un passage sous voie sous l'avenue Henri-Dunant pour les piétons ou d’une passerelle aérienne.

Priorité absolue aux trams

Depuis de nombreuses années, l'ATE milite pour octroyer la priorité aux transports publics sur le trafic individuel motorisé aux feux de signalisation. Cette revendication constitue une mesure d'accompagnement indispensable qui permettrait de fluidifier largement le réseau et de résoudre d'éventuels "encombrements" dus à l'ajout de nouvelles lignes de tram.